Archives de catégorie : Enfants

Sorties guidées

SG 2016Toute l’année sur différents sites du territoire, retrouvez nos animateurs pour des découvertes…
Les sorties guidées sont gratuites. Les rendez-vous sont fixés pour chacune. La réservation n’est pas nécessaire sauf indication contraire.

 

 

Mercredi 26 octobre 2016 / La faune cachée du site du Watissart – JEUMONT
Le site du Watissart, composé d’un plan d’eau,  d’un bois et de prairies, regorge d’une multitude d’animaux. Découvrons ensemble cette vie secrète qui ne demande qu’à se révéler.

RDV : 14h, parking à l’entrée du site du Watissart à Jeumont
Sortie familiale. Gratuit.

Inscription obligatoire au CPIE Bocage de l’Avesnois :
03 27 53 04 04 ou education@cpie-avesnois.eu
Prévoir une tenue adaptée aux conditions météo.

Le lierre

Accueil

LE LIERRE

  • Courte description
    Le lierre commun est non seulement une plante grimpante, capable d’atteindre 20 mètres de hauteur, mais également un bon couvre sol. On différencie deux types de branches : les fertiles, qui donnent des fleurs et des fruits, et les stériles. Les premières, possédant des feuilles en forme de coeur, sont exposées au soleil ; les secondes ont des feuilles lobées et poussent à l’ombre. Le lierre n’est pas une plante exigeante, elle peut pousser dans toute les régions et sur tout support.
  • Adaptation en ville
    Il résiste bien à la pollution.
  • Intérêt
    Il peut grimper sans dommage sur les arbres et sur les murs sains (en béton par exemple), les protégeant même de différents dommages (humidité, froid, parasites…), tout en abritant une faune riche. Vert toute l’année, il est ornemental.

Il fleurit tard, en septembre – octobre, et offre une dernière source de pollen et de nectar aux insectes. Il donne des fruits tardivement également, appréciés des oiseaux et des mammifères lorsque la nourriture commence à manquer.

C’est l’une des plantes hôtes du papillon « azuré des nerpruns » qui pond ses œufs sur les inflorescences ou les bourgeons. Le vulcain apprécie ses fleurs et ses fruits mûrs. Abri et lieu d’hibernation pour une faune nombreuse, il permet d’accroître la quantité d’auxiliaires utiles, par exemple pour un verger. Il sert en particulier de lieu d’hibernation pour la forme adulte du fameux papillon Citron. Cultivé comme plante ornementale (topiaire). Les tiges enserrant un arbre peuvent le protéger d’un feu courant, de la fracture par le gel, des animaux pouvant endommager l’écorce. Le lierre absorbe l’excès d’humidité et a une action chimique inhibitrice sur les champignons, bactéries ou parasites pouvant s’attaquer à un arbre.

  • Cette essence est-elle envahissante?
    Il peut grimper sans problème sur les troncs des arbres mais il convient d’éviter qu’il n’atteigne pas le feuillage de l’arbre : il pourrait freiner la photosynthèse de son hôte en le recouvrant.
  • Anecdotes
    La ville d’Hyères, dans le Var, lui doit son nom.

Le charme

Accueil

LE CHARME

  • Courte description
    Le charme est un arbre de taille moyenne, au tronc noueux et à la couronne largement ovale. Le diamètre de son tronc ne dépasse pas 60 cm. L’arbre peut vivre jusqu’à deux cents ans. Les nervures de sa feuille sont en relief en-dessous. Les feuilles présentent de nombreuses petites dents contrairement à celles du hêtre, poilues, d’où le diction populaire « le charme d’Adam (à dents) c’est d’être (hêtre) à poil”. Son écorce est aussi reconnaissable, elle est lisse, grisâtre et cannelée.
  • Adaptation en ville
    Le charme est souvent planté en ville car il est très robuste et craint peu les maladies. De plus il supporte assez bien la taille et l’élagage.
  • Intérêt
    On peut le planter en charmille, sorte de haie basse très dense et taillée régulièrement (voir le long de la route en bas) ou encore en sujet isolé (très beau port). Sa taille en têtard est surtout utilisée dans nos campagnes, mais quelques spécimens peuvent être trouvés en ville, comme c’est le cas isolé. Son feuillage dense permet aux oiseaux de s’abriter en saison, hors du regard des prédateurs. Le charme présente aussi l’intérêt paysager de garder ses feuilles marron en hiver, et de constituer ainsi une barrière contre les vents froids hivernaux. Le seul inconvénient de cet arbre est son léger potentiel allergisant, auprès des sujets sensibles.
  • Conseils de plantation et d’entretien
    Le charme est utilisé pour réaliser des allées mais il peut très bien être planté de manière isolée (il peut alors atteindre 4,50 m de diamètre).
  • Anecdotes
    Le mot « charmille » est attesté en 1669 pour désigner une pépinière ou une plantation de charme. Son emploi pour désigner une palissade ou une haie de charmes est quant à lui mentionné pour la première fois dans le Dictionnaire de Trévoux (édition de 1732).