Les arbres en ville contre la chaleur

Accueil
< Station 2                                Station 3                                   Station 4 >

LES ARBRES EN VILLE CONTRE LA CHALEUR

IlotDeChaleurEn ville, les températures sont plus élevées que dans la campagne voisine. La ville est donc un îlot de chaleur.

Trois causes sont identifiées :

1.   Les activités humaines, plus intenses et plus concentrées, y sont des sources importantes de chaleur.
2. Les surfaces artificialisées (routes, parkings, immeubles…) absorbent les rayons du soleil et les restituent sous forme de chaleur.
3. Enfin, les espaces végétalisés et humides, véritables climatiseurs naturels, manquent.

En raison du changement climatique, les villes seront de plus en plus chaudes, difficilement vivables en été. Les espaces verts permettent de réduire ce phénomène et de rendre les villes supportables.

L’arbre atténue le changement climatique de deux manièresilots-de-chaleur2

D’abord en masquant le rayonnement solaire, en offrant son ombre et en produisant de la vapeur d’eau, il diminue la chaleur.

Ensuite, l’arbre absorbe le CO2 de l’atmosphère et le stocke sous forme de carbone dans le bois, les feuilles et les racines. L’arbre peut ensuite être transformé en bois d’œuvre, en énergie ou se décomposer.

Le bois d’œuvre constitue le moyen le plus efficace pour lutter contre le changement climatique. Le CO2 est en effet stocké pour une longue durée. Si la forêt est gérée durablement, de nouveaux arbres seront plantés en remplacement de ceux coupés. Il en résulte un stockage net de carbone.

Lorsque le bois est transformé en énergie, le carbone est restitué à l’atmosphère par la combustion. À l’exception des émissions relatives à l’abattage, la transformation potentielle et le transport, le bilan est quasi nul. En revanche, le bois remplace une autre énergie fossile (gaz, fuel…) qui, elle, a un impact fort sur le climat.

Le bois mort est quant à lui intégré à son cycle naturel. Sa décomposition permet de réduire directement le changement climatique mais moins que le bois d’œuvre ou le bois énergie. En revanche, le bois mort présente un intérêt incomparable pour la biodiversité.

Vers une sylviculture urbaine

L’atténuation du changement climatique nécessite de repenser l’intégration de l’arbre en ville, qui ne doit plus être uniquement ornemental. Des plantations plus denses, à haut rendement de production, devraient s’insérer en ville afin de lui fournir une ressource locale d’énergie renouvelable ou de bois d’œuvre et ainsi de participer plus activement à l’atténuation des changements climatiques.

Une politique ambitieuse de plantation d’arbres en ville doit être au service de la lutte contre le changement climatique.